Escale à Stavanger

Escale à Stavanger, Norvège

Durant des siècles, Stavanger et ses environs ont joué un rôle prépondérant dans l’histoire maritime de la Norvège – depuis les temps où les Rois Vikings combattaient dans le Hafrsfjord, jusqu’à l’ère des « Voiles Blanches », des vapeurs et super pétroliers. Grâce à sa situation géographique, Stavanger est considérée comme le premier centre pétrolier de Norvège.

Voici une ville qui a tiré de la mer tous ses motifs de force, de succès et d’orgueil au cours d’une histoire certainement pas facile et constellée d’épisodes parfois dramatiques.

     Aujourd’hui, Stavanger est la quatrième ville de Norvège en termes démographiques et commerciaux. Cette localité, née comme petit village de pêcheurs de la mer du Nord éternellement à la merci des incursions vikings, a su se faire une place de premier choix dans l’économie de la pêche et de l’industrie alimentaire norvégienne, dans le secteur des chantiers navals, dans le stockage du pétrole et de ses dérivés. Bref, un des plus importants ports de l’Europe du Nord.

     Au moins un tiers des 110 000 personnes qui vivent à Stavanger travaille dans des industries qui dépendent directement du port ou dans des entreprises de sous-traitance. En outre, Stavanger est également la ville norvégienne qui a le plus fort taux d’immigration.

      On estime en effet qu’au moins 7 % de la population est née ailleurs et s’y est transférée, originaire de Norvège, mais aussi d’autres pays ces dernières années, pour le grand nombre de postes de travail que Stavanger sait offrir à ceux qui souhaitent se faire une bonne position en travaillant jusqu’à 10-12 heures par jour.

     C’est pour cette raison que les Norvégiens définissent Stavanger la plus grande de leurs petites villes, mais aussi le moteur de leurs ports. C’est aussi grâce à ces caractéristiques que Stavanger est aujourd’hui une ville à deux visages : comme les villes de province, sa base communautaire est très riche. Tous se connaissent et s'entraident, au point que les entreprises qui travaillent peu sont soutenues par celles qui ont plus de travail, et nombre de travailleurs changent souvent d’employeur, passant d’une entreprise à une autre sans mettre personne en difficulté mais, au contraire, en fournissant une élasticité quant à la main-d’œuvre presque sans égale en Europe.

      En outre, grâce aux allers et venues continuels de sa main-d’œuvre et de son port, Stavanger est aujourd’hui la ville la plus cosmopolite et internationale de toute la Norvège.

     Très belle la vieille ville, construite selon l'architecture traditionnelle locale avec des maisonnettes en bois coloré et des ruelles en pierre qui constituent le cœur du shopping, de la vie nocturne, du divertissement et de la plus grande expression de la vie sociale de la ville.

      Si tout le monde travaille, personne ne vole : c’est un des dictons locaux ; en effet, Stavanger est aussi particulièrement fière d’être la ville de plus de 30 000 habitants avec le taux de criminalité le plus bas du pays. Ici, une dame qui se luxe une cheville en faisant ses courses fait la une des journaux.

     Ces dernières années, la ville a connu une ultérieure augmentation de son trafic avec l’arrivée des touristes et des grands paquebots qui y font régulièrement escale pour visiter le Rogaland, qui offre une des vues les plus belles sur les fjords norvégiens, ainsi que le splendide Pulpit Rock sur le Lysefjord, un spectacle à couper le souffle. L’histoire moderne de Stavanger, certainement habitée dès l’âge de la pierre et fortement caractérisée par la longue domination viking dès 800 apr. J.-C., commence en 1825 lorsque, le 4 juillet, le sloop « Restauration » quitta Stavanger pour New York avec 52 pères pèlerins victimes de la persécution religieuse.


      Depuis, 800 000 Norvégiens ont quitté leur patrie pour les États-Unis en s’embarquant à Stavanger. Autre témoignage de l’importance croissante de la ville, les continuels envois d’argent de ses émigrants aux Etats-Unis, qui ont contribué à sa grandeur actuelle.

Source Wikipédia Crédits Photos : © Oliver Weber - Fotolia © Scott Maxwell - Fotolia