Escale à Savone

Escale à Savone, Italie

Christophe Colomb passa ici aussi mais attention, pas pour partir à la recherche de nouvelles terres à donner en pâture à l’expansion commerciale de l’Espagne !
Colomb se limita ici à cultiver la terre et à séjourner momentanément, afin de mettre de l'ordre dans ses notes de voyage et de se reposer un peu avant les prochains défis sur la mer.
Sur les hauteurs de Savone, se trouve une petite ferme au milieu de potagers et de vergers qui représente la "maison de Colomb". C’est une des très nombreuses demeures attribuées au navigateur qui sont éparpillées en Ligurie, où de nombreuses villes s'arrogent l'honneur d'avoir donné naissance et demeure au célèbre navigateur : Gênes, Terrarossa di Moconesi et Savone elle-même.

Mais s'il y a bien un monument important pour cette ville, riche d'histoire et d'activités qui sont tout particulièrement liées à son port, c’est sans aucun doute le Priamar, le château qui domine le port et qui fut restauré il y a quelques années.
C'est justement sur le promontoire du Priamar que se serait établie la première communauté que l'historien Tite Live décrivait déjà comme étant le "Savo Oppidum Alpinum", 250 ans avant le Christ.

Cette population, au cours de l'antiquité, aurait été alliée à Carthage contre Rome.
L'importance de Savone décroît rapidement à partir du moment où Rome créa la ville de Vada Sabatia, l'actuelle Vado, mais, après les invasions barbares, elle devint une importante localité byzantine.
Savone fut détruite en 643 par les Rotari et les Lombards, mais, au cours du IXe et du Xe siècle, elle devint la capitale de la Marca Aleramica et, ensuite, une commune libre qui vit se développer de manière sensible son importance maritime et s’intensifier ses trafics, spécialement avec la France, l’Espagne et l'Afrique du nord.

La proximité avec Gênes, avec laquelle, aujourd'hui encore, les habitants de Savone entretiennent un rapport marqué par un aspect conflictuel et par un certain «esprit de clocher» a souvent créé des difficultés à Savone qui, après de nombreuses résistances et de sévères batailles a cependant fini par accepter la suprématie de la "Superbe".
Savone également s’arrangea pour augmenter son propre prestige et ceci eut lieu grâce à l’élection au siège pontifical de Siste IV et de Jules II.
Ce fut la dernière occasion qu’eut Savone d'établir sa réputation avant sa conquête définitive par les Génois en 1528 et la ville connut une crise profonde jusqu'à l'arrivée de Napoléon.
Devenu partie du Royaume de Sardaigne, elle ne reçut le statut de province qu’en 1927.
La ville, aujourd'hui, gravite autour du port et de la forteresse du Priamar qui est l'authentique symbole de Savone.

Il y a deux interprétations de l'origine de ce nom : selon la première, le "Priamar" prendrait son nom de "pierre sur la mer", dans la mesure où la forteresse se dresse sur un promontoire rocheux qui fait face à la mer ligurienne.
La seconde version voit son origine dans l’expression "Petra mala" en raison du fait que les roches sur laquelle elle est fondée sont d'origine sédimentaire et, par conséquent, se caractérisent par une grande friabilité.
A l'intérieur des murailles de la forteresse, qui abrite une école et un centre de jeux, vécurent Jules II et Siste IV et ce fut ici que furent célébrées les gloires de la commune libre (1191), après la victoire des Gibelins.

Château, forteresse et même prison (laquelle vit, entre 1830 et 1831, l’incarcération de Giuseppe Mazzini), la place forte fut employée au cours de la dernière guerre mondiale pour contrôler le trafic du port de Savone et joua également le rôle d’un refuge contre les bombes.
Savone est le principal centre de la riviera occidentale : non loin se dressent quelques-unes des plus belles et des plus importantes villes balnéaires liguriennes, telles que Alassio, Loano, Varazze et Albissola, cette dernière étant bien connue en raison de son artisanat de la céramique.

Source Wikipédia Crédits Photos : © ALEXANDRA - Fotolia © Scott Maxwell - Fotolia