Escale à Pointe à Pitre

Escale à Pointe à Pitre, Guadeloupe

La Guadeloupe, territoire français d'outre-mer, fait partie des Antilles françaises et ressemble à un grand papillon dont les ailes, Grande Terre et Basse Terre, sont divisées par un bras de mer aux plages candides et immaculées.

 

Ici aussi, l'un des premiers à passer fut l’omniprésent Christophe Colomb, qui, ayant débarqué sur la côte méridionale de Basse Terre, baptisa la plage Santa Maria et l’île Santa Maria de Guadeloupe de Estremadura, ce qui, par la suite, fut abrégé, de manière beaucoup plus pratique, en Guadeloupe. Les Espagnols d'abord, les Français ensuite amenèrent ici les usages qui sont typiques des colonies : le premier usage, la culture de la canne à sucre amena le bien-être, l'autre, l'esclavage, donna lieu à des dissensions et à une longue discorde à laquelle mit fin le patriote français Victor Hugues.


Aujourd'hui, la Guadeloupe est encore territoire français, administré par un Gouverneur nommé par le ministre de l'Intérieur à Paris.
Il s'agit d'une terre extraordinairement harmonieuse où la joie de vivre et la sérénité dominent toute la culture et la philosophie des habitants.


Si Grande Terre en représente la partie la plus dynamique et la plus vive, avec le marché de Pointe-à-Pitre et ses petites rues qui se perdent vers de petits villages et d’immenses étendues de champs de canne à sucre, dans Basse Terre, on trouve par contre un des rares parcs naturels nationaux existant aux Caraïbes, avec ses fleuves, ses forêts et le grand volcan de la Soufrière (1467 mètres) qui domine le massif le plus élevé des archipels.
La culture du 21ème siècle, avec sa vitesse et son économie du « prêt-à-jeter » n’a fait qu’effleurer ce coin de paradis qu’elle n’a contaminé d'aucune manière : dans beaucoup de villages de l'intérieur, bien que les maisons soient équipées de la télévision par satellite, on ne connaît pas l'utilisation de l'argent : la formule la plus utilisée pour les achats et les ventes est encore aujourd'hui le troc.
La culture française même, qui est cependant forte de centaines d’années d'éducation et même de domination ne semble avoir que peu entamé une philosophie placée sous le signe de la tranquillité de vivre de ces gens dont une des devises favorites est "éviter est plus facile qu'affronter".


Ici, si le tourisme a fait souche, il n’a pas vraiment bouleversé l'économie qui est encore essentiellement agricole.
La Guadeloupe présente tout le répertoire naturel qui fait du paysage des Caraïbes quelque chose d'absolument unique, la forêt pluviale et le volcan se présentant comme les symboles par excellence de celui-ci.


Les piscines naturelles du parc de la Soufrière sont d’authentiques chefs-d’œuvre de la nature, avec leurs jets de vapeur et de fumées qui surgissent à l'improviste et composent une chorégraphie vraiment extraordinaire.
Ces îles comprennent également de nombreux centres d’attraction culturels : en partant du musée dédié au poète local Saint-John Perse (Prix Nobel en 1960), en passant par le Musée Schoelcher, le partisan de l'abolitionnisme qui mit définitivement fin à l'esclavage, pour en arriver au village de Gosier, un centre touristique parmi les plus dynamiques des petites Antilles.

 

Source Wikipédia Crédits Photos : © jeanphi - Fotolia © Scott Maxwell - Fotolia