Escale à Grenade

Escale à Grenade , Grenade

La Grenade est un pays des Antilles situé au nord de Trinité-et-Tobago, à 200 km au nord du Venezuela. D'une superficie de 350 km², cette île compte environ 90 343 habitants (en 2008). Saint-Georges en est la capitale. Ses habitants sont les Grenadins.

La Grenade a été surnommée « l'île aux épices » pour ses bâtonnets de cannelle, clous de girofle, son curcuma et surtout sa noix de muscade et son macis

L'histoire récente, on pourrait même dire très récente, nous ramène en réalité aux années 80 et aux opérations militaires américaines. Mais il s'agit dans tous les cas d'un passé lointain par rapport à la situation absolument tranquille et remplie d'un quiet bien-être que l'on y trouve aujourd'hui, à vingt ans de distance. En réalité, dans l'histoire de Grenade, cet épisode représente l'unique secousse imprimée à un destin plutôt tranquille, caractérisé par une profonde sérénité de la population. Après la découverte de l'île par les Européens, laquelle date de 1498 et fut l'œuvre, comme d'habitude, de l'omniprésent Christophe Colomb, le premier centre destiné à la production agricole et plus spécialement destiné à la culture du tabac apparaît en 1609, mais en raison du caractère belliqueux des indiens Caribs et de leur résistance à la colonisation, les colons anglais reprirent rapidement le large.


     Les armes européennes eurent bientôt raison de la résistance acharnée des Caribs, ce qui amènera plus d'un épisode dramatique. En 1650 commença un conflit, non pas belliqueux mais extrêmement subtil, fait de traités commerciaux et de "blocus" navals entre l'Angleterre et la France. La stabilité politique s'instaura rapidement lorsque l'île acquit une certaine stabilité économique, basée sur la culture du tabac, du café, du cacao et du sucre et ne devint définitive qu'en 1877, lorsque Grenade devint officiellement une colonie de la couronne royale anglaise. Ce statut fut maintenu jusqu'en 1967, quand Grenade devint un état indépendant sous le Commonwealth britannique, avant de conquérir l'indépendance complète en 1974.


     L'île est cependant toujours liée au British Commonwealth ; sa culture est un curieux mélange de traditions britanniques, de culture africaine, de racines indiennes, d'influences françaises et d'habitudes américaines. La plupart des habitants de Grenade sont catholiques mais on y trouve également des anglicans, des baptistes, des mormons et des luthériens ce qui donne lieu à un tissu social fort composite, à l'instar du langage qui est parlé dans l'île et qui se compose de mots français et de sonorités britanniques pratiquement incompréhensibles : le dialecte est une forme encore plus exaspérée du "patois", une langue mixte plus complexe que le créole. La langue officielle est cependant l'anglais que tout le monde parle sans difficulté mais que personne n'utilise volontiers.


     Un autre élément fondamental de la culture de Grenade est l'art folk appelé "carriacou" dont le peintre Canute Caliste est certainement le représentant le plus connu. Caliste peint de très étranges compositions, très colorées, qui ressemblent à des drapeaux décorant indifféremment des tissus, des murs, des bouteilles, des toiles, des barques et tous ce qui vaut la peine d'être coloré. Ce style a envahi toute l'île : on voit fréquemment des compositions de "carriacou" même si les témoignages les plus élégants de cet art, qui concerne les barques, sont de moins en moins fréquents.

 

Source Wikipédia Crédits Photos : © Helen Fratton-Macdonald - Fotolia © Scott Maxwell - Fotolia